En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus

Entrevue Avec Stéphane Forget

Président-directeur général - Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ)

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) est un exposant de l'édition 2019 du Salon de l'immigration et de l'intégration au Québec. Des représentants du plus important réseau de gens d'affaires et d'entreprises du Québec seront présents au Salon de l'immigration pour répondre à vos questions. Stéphane Forget, président-directeur général de la FCCQ, s'est entretenu avec Immigrant Québec.


La FCCQ fédère les 132 chambres de commerce du Québec, représentant au total 55 000 entreprises. Comment en êtes-vous venus à vous intéresser à l’immigration ?

En 2017, à la suite d’une étude, nous avons identifié le public des nouveaux arrivants comme une piste de solution au déficit de main-d’œuvre subi par les entreprises en région en raison du vieillissement de la population. L’an dernier, nous avons donc lancé le programme Un emploi en sol québécois, qui s’adresse aux immigrants.


Parlez-nous de ce programme Un emploi en sol québécois

L’objectif est de mettre en relation des personnes immigrantes à la recherche d’un emploi avec des entreprises en région ayant des postes à combler. Les chambres de commerce connaissent bien les entreprises de leur secteur géographique et nous avons voulu mettre notre vaste réseau au service de ce programme.

Le programme cible huit régions : l’Abitibi-Témiscamingue, la Capitale-Nationale, le Centre-du-Québec, Chaudière-Appalaches, l’Estrie, les Laurentides, la Montérégie, le Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Notre accompagnement s’étend aux entreprises, grâce à l’implication d’organismes en intégration de personnes immigrantes, en plus des candidats eux-mêmes. On tient à faire un suivi pour s’assurer que l’ensemble de la famille est encore heureuse dans sa nouvelle vie après son établissement.


Comment fonctionne ce programme concrètement ?

Les candidats s’inscrivent en ligne et nous effectuons une préqualification selon leurs compétences, leurs aptitudes et leurs souhaits, mais aussi selon les besoins des entreprises. Présentement plus de 60 000 emplois sont à pourvoir dans les régions du Québec : soudeurs, comptables, représentants en ventes... Les offres couvrent tous les secteurs économiques ainsi que tous les niveaux d’expérience et de qualification.

Puis, nous emmenons les candidats en région, par groupe de 30 à 40 personnes, en bus ou en avion, pour une journée d’entrevues d’embauche avec, en moyenne, quatre employeurs différents. Le matin, le maire ou un député est sur place pour les accueillir et, le midi, le groupe dîne avec des organismes locaux prêts à les soutenir dans leur installation et rencontre aussi des immigrants établis dans la région. Un tour en bus de la ville est également organisé afin de montrer aux candidats les quartiers résidentiels où ils pourraient vivre, les écoles, les services de santé, les infrastructures sportives, les lieux de culte religieux… On les informe également au sujet de l’accession à la propriété.


Au-delà des emplois et des services proposés, qu’est-ce que la vie en région à offrir aux immigrants ?

La vie en région est souvent plus communautaire qu’à Montréal. Cela peut plaire aux personnes habituées à une vie de village dans leur pays d’origine. Par exemple, un immigrant a été embauché comme ingénieur électrique à Val-d’Or, en Abitibi-Témiscamingue, grâce au programme Un emploi en sol québécois. Son nouvel employeur a fait circuler le CV de sa femme architecte dans toute la communauté. Au bout de quelques semaines, cette femme a décroché l’emploi d’architecte qu’elle avait cherché, sans succès, à Montréal, pendant plusieurs mois.


Quel est l’objectif de votre participation au Salon de l’immigration ?

Nous souhaitons présenter notre programme, donner envie aux nouveaux arrivants d’étendre leur recherche d’emploi ailleurs qu’à Montréal et leur expliquer que nous les accompagnerons à chaque étape. Des chambres de commerce des huit régions seront au Salon pour présenter les attraits de leur région et les postes disponibles au sein des entreprises de leur territoire. Les visiteurs du Salon pourront s’inscrire sur place et ainsi potentiellement participer à des entrevues en région.

Présenté par :
Un emploi en sol québécois
ZONE : Opportunités en régions
KIOSQUE : 147
Partagez
AUTRES ENTREVUES

Directeur général - Entreprendre ici

Directrice Main-d'oeuvre et diversité - Chambre de commerce du Montréal métorpolitain

Publicité
Publicité
Publicité

Partenaires