En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus

Entrevue Avec Alissa Lauriault

Directrice Main-d'oeuvre et diversité - Chambre de commerce du Montréal métorpolitain

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM) est un exposant de l'édition 2019 du Salon de l'immigration et de l'intégration au Québec. Des représentants de l'organisme et de son programme Interconnexion seront présents pour répondre à vos questions et vous aider à qualifier une première expérience professionnelle au Québec. Alissa Lauriault, directrice Main-d'oeuvre et diversité à la CCMM, s'est entretenue avec Immigrant Québec


La CCMM, représente le milieu des affaires du Grand Montréal, a lancé le programme Interconnexion en 2010. Pouvez-vous nous en dire plus?

Le programme Interconnexion vise à favoriser l’intégration des nouveaux arrivants, et surtout l’acquisition d’une première expérience professionnelle québécoise et de premiers contacts ici.

Vu le lien privilégié que nous entretenons avec le monde des affaires, nous sommes bien positionnés pour aider les immigrants.

L’an dernier, presque 2 000 personnes ont bénéficié des différentes activités : stages en entreprise, entrevues éclair avec des employeurs, mentorat, visites d’entreprises incluant des entrevues et réseautage. Et plus de 350 entreprises ont participé au programme. Chaque mois, de nouvelles entreprises s’inscrivent.

On travaille avec tous les types de secteurs. Les domaines des TI, de l’administration, de la comptabilité, des finances et du développement des affaires offrent des opportunités particulièrement nombreuses. Récemment, nous avons aussi développé des contacts avec le milieu de la santé et de l’éducation.

Nous essayons également de couvrir tous les niveaux de qualification et d’expérience.

En moyenne, 70% des participants au programme Interconnexion trouvent un emploi ou reprennent une formation. La prise de contact avec le marché de l’emploi que permet le programme révèle parfois un besoin pour le nouvel arrivant de se former pour remettre ses connaissances à jour ou alors pour se tourner vers une voie répondant mieux à ses nouveaux objectifs professionnels.


Ce programme s’adresse-t-il à tous les nouveaux arrivants? 

Il faut être résident permanent depuis moins de 5 ans et être disponible pour se déplacer dans la grande région métropolitaine.

Une fois que les personnes s’inscrivent, nous les appelons afin de valider leur objectif et leur intérêt pour les différentes activités offertes. Le programme est très connu pour ses stages en entreprises. Toutefois, une majorité de candidats participeront au programme sous une autre forme d’activité. En effet, il arrive que des entreprises ne puissent pas accueillir de stagiaires, pour des raisons de confidentialité et d’organisation interne.


Cette année, au Salon de l’immigration et de l’intégration au Québec, la CCMM donne une conférence intitulée « Comment établir sa crédibilité professionnelle au Québec?». Pourquoi avoir choisir de cibler la question du réseautage? 

Le réseautage est au cœur de la culture d’affaires québécoise. Nous voulons transmettre cette culture aux nouveaux arrivants. C’est d’ailleurs ce que nous faisons avec nos activités de réseautage, mais aussi de mentorat et de stages. En plus de développer une relation avec le mentor, participer au volet réseautage du programme Interconnexion permet de réseauter avec d’autres mentors, mais aussi avec les mentorés.

Lors des stages, nous encourageons les stagiaires à réseauter et nous recommandons aux entreprises qui les accueillent de multiplier les opportunités permettant aux stagiaires d’étendre leur réseau.


En matière de réseautage, quels conseils donnez-vous aux immigrants qui vous lisent présentement?

Il ne faut pas sous-estimer les contacts indirects ou informels que l’on peut tisser. Le réseautage ne se fait pas seulement lors des 5 à 7. C’est important de profiter de toutes les occasions pour parler aux gens. Par exemple, une participante du programme a appliqué ce conseil en discutant avec les autres parents lorsqu’elle allait chercher son enfant au service de garde. Et c’est ainsi qu’elle a trouvé un emploi dans son domaine : les ressources humaines.

Présenté par :
Chambre de commerce du Montréal métropolitain
ZONE : Emploi et recrutement
KIOSQUE : 167
Partagez
AUTRES ENTREVUES

Vice-présidente - Croissance des entreprises et prospection des investissements étrangers, Québec International

Président-directeur général - Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ)

Publicité
Publicité
Publicité

Partenaires